Ad Astra: La relève d’Interstellar

Un scénario décapant, une réalisation gracieuse et des acteurs efficaces. Tout ce qu’il faut pour laisser l’opportunité à ce film de rentrer dans l’histoire du cinéma.

Ad Astra retrace l’histoire de l’astronaute Roy McBride, à la recherche de son père disparu aux confins de l’univers afin d’éliminer un danger menaçant la survie de la planète Terre. Au travers des nombreuses péripéties tout au long du voyage du protagoniste, James Gray, qui est ici à la fois à la réalisation mais aussi à l’écriture du scénario, nous confirme définitivement son talent, déjà manifesté dans son premier film Little Odessa, ayant emporté le lion d’argent à la Mostra de Venise.

Dès les 20 premières minutes, le film captive les spectateurs qui se retrouvent plongés dans cette histoire, il faut l’avouer, rudement bien écrite. Ce drame de science-fiction surprend, de pars ses péripéties inattendues mais aussi grâce à son atmosphère pesante qui soumet le public à l’admiration des décors exhibant l’espace comme une immensité merveilleusement belle, mais aussi malheureusement meurtrière. La photographie, signée Hoyte Van Hoytema est d’une exceptionnelle beauté. Heureusement très différente d’un film du même genre sur lequel il a travaillé auparavant, Interstellar, la photographie de Ad Astra se révèle finalement toujours bien marquée, avec beaucoup de plans imprégnés par des néons de différentes couleurs ne rendant le film que plus esthétique. Non seulement le cadre mais aussi les dialogues et pensées de Roy McBride exprimées en tant que voix-off contiennent une étonnante poésie, pourtant inattendue.

Ad Astra James Gray CinéVerse

James Gray produit une réalisation d’une élégance brillante en ne laissant pas de côté le travail du son, qui, il l’a bien compris, est essentiel afin de permettre, non seulement une séance plus agréable pour le public, mais aussi pour se retrouver complètement plongé dans le film. Du côté des acteurs, le casting est bon, même si la vision de certains acteurs peut surprendre, comme l’apparition de Natasha Lyonne qu’il est plus courant de voir dans des comédies. Brad Pitt suscite un jeu d’acteur prodigieux. Etant déjà très charismatique dans Once Upon A Time In Hollywood, il se retrouve ici hypnotisant.

La différence de Ad Astra par rapport à beaucoup d’autres films de science-fiction est qu’il n’a pas pour but de satisfaire les admirateurs de découverte de nouvelles créatures intergalactiques. Malgré de rares moments où il peut paraître comporter des petites fautes de physique pour faire avancer l’histoire, le film reste globalement très juste, en particulier sachant que l’histoire se déroule dans le futur. C’est notamment pour cela qu’il est d’autant plus impressionnant de se rendre compte que les costumes, créés afin de paraître futuristes, ne font en aucun cas déguisement.

Ad Astra James Gray CinéVerse

Etant donné que le personnage interprété par Brad Pitt parcourt tout le long du film de nombreuses péripéties, il paraît évident qu’arrivé à l’aboutissement de Ad Astra il finisse mentalement changé. Il nous est communiqué l’ensemble de ses pensées et ressentis tout au long du film, par conséquent le thème abordé n’est pas uniquement l’exploration spatiale mais aussi l’évolution psychologique d’un homme passionné ayant subi de nombreuses épreuves, qui ne l’ont pas pour autant détruit. Pour autant, Roy McBride n’est pas spécialement introduit au début du récit, ce qui ne rend pas le spectateur plus attaché que cela à ce protagoniste. Ceci n’empêche pas pour autant le public de finir absorbé par l’acteur mythique, et encore moins d’être pleinement absorbé dans le film.

Ainsi James Gray s’assure définitivement un grand avenir grâce à ce film qui fera sans aucun doute l’unanimité à la fois chez les cinéphiles les plus aguerris mais aussi chez les personnes aimant juste aller au cinéma pendant leur temps libre. Le plublic pourra à la fois se retrouver touché par Ad Astra tout comme rester très neutre, mais ce qui est sur c’est que ce film nous laisse sur une touche de satisfaction, peu importe nos croyances face à ce qu’il existe au delà de notre planète, et nous en sortons calme, presque apaisé de ne pas savoir ce qu’il se passe au sein de notre univers.

Laisser un commentaire