War Pony de Keough & Gammell : Sang Réserve

Après son passage au Festival de Cannes dans la section Un certain regard (vainqueur de la Caméra d’or), War Pony intègre la compétition du 48e Festival du cinéma américain de Deauville. Comme Jesse Eisenberg, il s’agit du premier long-métrage derrière la caméra de l’actrice Riley Keough, co-réalisatrice avec Gina Gammell.

Bill (23 ans) et Matho (12 ans) vivent dans la réserve indienne de Pine Ridge dans le Dakota du Sud. Ils sont différents l’un de l’autre, mais ils ont pour point commun de devenir un jour des adultes…

Nombreux sont les films dépeignant la jeunesse américaine à différentes époques. War Pony a le mérite de s’intéresser à des tribus totalement délaissées par nos sociétés occidentales. En témoignent les premières scènes qui nous plongent dans des quartiers délabrés jusqu’aux maisons, où les habitants s’entassent dans des conditions misérables. Après une première partie du film où nous pourrions croire à une version édulcorée et délocalisée du cinéma de Larry Clark, Riley Keough et Gina Gammell décident de mettre en parallèle les parcours de deux jeunes hommes d’âge différent, l’un ayant 12 ans, et l’autre 23 ans.

Malgré cette différence, les deux personnages partagent plus de points communs que prévu, et appartiennent surtout à une communauté soudée mais justement… injuste. Peu importe l’âge, personne n’a de traitement de faveur et tous sont soumis aux règles dures de la vie, qu’elles soient liées à des parents violents, un passé difficile ou à l’abandon de l’état (absence de travail, peu d’aides financières, mépris des « blancs »…). Le récit entremêlé d’un jeune homme de 23 ans et d’un jeune adolescent de 12 ans résonne d’autant plus au travers de ces difficultés.

Difficile de trouver sa place dans une société hostile à son égard quand la stabilité est presque impossible. War Pony montre avec beaucoup d’intelligence (malgré quelques longueurs sur les développements des deux personnages) les chemins incongrus empruntés par des habitants pourtant bercés par une philosophie culturelle et intérieure de paix et de bien-être.

Laisser un commentaire