J’irai décrocher la lune : La tête dans les étoiles

J’irai décrocher la lune est un film documentaire nécessaire. Amenant un œil nouveau sur la façon de voir la vie et surtout de concevoir la différence, le portrait du quotidien de Stéphanie, Robin, Elise, Gilles-Emmanuel, Eléonore et Mario sont touchants, généreux et justes. Tout y est dosé avec justesse, Laurent Boileau captant avec bienveillance les moments vrais de leur vie.

D’une fraicheur nouvelle, drôle et émouvante, le film documentaire vient casser les préjugés et nous informe sur les personnes porteuses de trisomie 21. Le tout est porté par des personnes vacillant entre humour et sensibilité. « Ma trisomie, je la jette à la poubelle », « Je voudrais qu’on comprenne qui je suis et ce que je voudrais devenir », clament les protagonistes lors des entretiens. Une certaine idée de ce que le documentaire veut nous faire comprendre et ce à quoi il ressemble durant 92 minutes : un hymne à la tolérance.

Ce qui nous semble le plus normal ne l’est pas nécessairement pour les autres et c’est aussi ce qui est dit durant le documentaire. Il faut alors s’entraider et tolérer que l’autre ne soit pas comme nous. Une chose qui pourrait paraitre banale, une idée souvent rabâchée au quotidien et qui pourtant prend tout son sens ici. Laurent Boileau dévoile ainsi le quotidien de ces jeunes trentenaires qui ont les mêmes rêves que ces gens considérés comme normaux par la société. Mais qu’est-ce donc que la normalité en fin de compte ?

Avec une authenticité rafraichissante et salvatrice, J’irai décrocher la lune conte l’histoire d’Eléonore qui a été récemment élue conseillère municipale à Arras, ou encore celle de Robin qui a des rêves de chanteur. « Tout est possible, il n’est jamais trop tard » entend-on alors durant le long métrage. Et c’est la chose la plus banale et la plus vraie qui puisse être dite : il n’est jamais trop tard pour changer sa vision que l’on peut avoir des autres, jamais trop tard pour tolérer la différence de l’autre, jamais trop tard pour réaliser ses rêves.

Sortie le 3 novembre en DVD chez L’Atelier d’Images.

Laisser un commentaire