5 films pour appréhender le milieu scolaire en France

5 films pour appréhender le milieu scolaire en France

L’article que vous êtes en train de lire est universel. Même si vous pensez ne plus être concerné par ce sujet aujourd’hui, vous avez un jour été sur les bancs de l’école, et vous  y accompagnerez peut-être votre enfant dans le futur… À l’âge de 20 ans, nous avons passé la quasi-totalité de notre vie à s’instruire et à baigner dans un système scolaire particulièrement rodé. De la maternelle à l’université, le parcours d’un étudiant est rythmé par le moment présent et par ce qu’il vit à chaque instant. Le pourcentage de réussite dépend d’énormément de facteurs imprévisibles et l’étudiant apprend alors sur le tas malgré le programme scolaire qui l’accompagne rigoureusement.

Le public et l’industrie du cinéma accordent une grande importance aux films qui mettent en avant (et en lumière) le milieu scolaire parce qu’il s’y retrouvent, et parce qu’ils veulent y saisir ce qu’ils ont raté. Lorsque l’on parle de films mettant en avant des étudiants, on pense presque immédiatement au Cercle des poètes disparus de Peter Weir. Parce que Robin Williams, oui, mais pas seulement. Si on retient spécifiquement ce film, c’est avant tout parce que c’est un film particulièrement montré aux élèves par les professeurs, et c’est sans doute ainsi que vous l’avez découvert. Cependant, c’est aussi parce qu’il parvient à mettre des mots et des images derrière l’éducation parfaite, ou du moins, celle qu’on aimerait ou aurait aimé avoir un jour. À l’occasion de la sortie dans les salles virtuelles du film Ecoliers de Bruno Romy, nous rendons hommage aux professeurs en vous parlant de cinq films qui vous permettront de mieux saisir les enjeux de l’éducation française à travers les époques et les genres.

Au revoir les enfants de Louis Malle (1987), disponible sur Salto et en VOD.

Nous pouvons sans problème remonter encore plus loin dans le temps pour trouver des films qui s’intéressent à l’enfance d’un point de vue éducatif, mais nous commencerons notre parcours à partir de 1987 avec le chef-d’œuvre du réalisateur Louis Malle (Ascenseur pour l’échafaud, Le Feu follet…) intitulé Au revoir les enfants. Durant l’hiver 1943-1944, la France est occupée par l’Allemagne nazie. Les élèves continuent à suivre une éducation malgré la situation,  dont Julien, 12 ans, fils d’une famille bourgeoise. Tout au long du film, nous adoptons son point de vue en immersion dans un petit collège catholique tenu par un prêtre résistant. Comment maintenir l’école quand tout semble prêt à s’effondrer en période de guerre ? Un Lion d’or, sept César, deux nominations aux Oscars… Mais surtout un film d’une grande humanité qui met en avant le courage des enseignants à une époque où la moindre erreur pouvait leur être fatale, avec une Gestapo omniprésente et une ambiance pesante. Au delà d’une histoire vraie bouleversante, Au revoir les enfants porte un regard attentif sur l’enfance en période de crise. Le point de vue constant de Julien nous permet de découvrir les relations qu’ils entretiennent entre élèves, mais aussi d’évoquer une situation insoutenable de l’histoire humaine. Comment un élève comprend t-il la période dans laquelle il s’inscrit ? Jusqu’à quel point est-il au courant de ce qu’il arrive à ses amis juifs qui disparaissent un à un ? 

Etre et avoir de Nicolas Philibert (2002), disponible sur FilmoTV et en VOD.

Après l’éducation en période de guerre, il nous semble intéressant d’évoquer un documentaire qui met en avant l’importance et la responsabilité des instituteurs. Le cinéaste Nicolas Philibert réalise en 2002 Etre et avoir, un film qui suit un instituteur et  ses élèves sur une année scolaire dans une école communale en Auvergne. Information capitale qui étonnera la plupart d’entre nous, il s’agit d’une classe unique dans laquelle les enfants de 4 ans côtoient ceux de 11 ans (de la maternelle au CM2), et Georges Lopez (l’instituteur) en est l’unique responsable. Ce documentaire est sans doute le plus réputé des films français s’intéressant au milieu scolaire. Nicolas Philibert préfère montrer la vaillance et l’aspect essentiel de Georges Lopez plutôt que de condamner le monde rural et le train de vie complètement déconnecté des grandes métropoles qui s’y opère. Un grand film sur le vivre ensemble qui ne délaisse pas les enfants en leurs offrant un cadre intimiste dans lequel ils évoluent avec beaucoup de liberté. C’est aussi l’occasion de découvrir une approche pédagogique originale qui permet aux élèves de tisser des liens entre eux et d’apprendre à coexister, mais aussi à partager le moindre problème par la communication verbale avec le professeur.

Entre les murs de Laurent Cantet (2008), disponible sur Salto et en VOD.

En 2008, Laurent Cantet adapte le roman intitulé Entre les murs aux côtés de Robin Campillo (120 battements par minute) et de son écrivain François Bégaudeau. Un professeur de français d’une classe de 4e enseigne dans un collège réputé comme étant difficile, Nous ne pouvons parler de cinéma immergé dans le milieu éducatif sans parler de cette tendance qui s’est particulièrement développée dans ces dernières décennies et qui semble plaire au public. Parfois décrié pour sa condescendance envers un milieu social et culturel différent, la rencontre entre l’élocution parfaite du professeur et des collégiens en difficulté issus des quartiers difficiles impressionne les spectateurs pour les situations intenses et souvent inconfortables qui sont filmées. Même s’il s’agit de cinéma et de fiction, cette adaptation écrite par l’auteur s’inspire de son propre vécu en tant que professeur dans une ZEP (zone d’éducation prioritaire). Ces situations arrivent tous les jours en France dans des centaines de collèges et lycées, et c’est par le biais de ces jeunes acteurs d’un naturel déconcertant que Laurent Cantet parvient à nous surprendre et à décrocher la plus prestigieuse des récompenses cinéphiles avec une comédie dramatique française dans le milieu éducatif : la Palme d’or. 

La vie scolaire de Grand Corps Malade (2019), disponible sur MyCanal et en VOD.

Dans cette même continuité, La vie scolaire de Grand Corps Malade et Mehdi Idir est un complément intéressant à ce sujet. Le collège est à nouveau situé dans une ZEP dans la cité des Francs-Moisins en Seine-Saint-Denis. Mais cette fois-ci le personnage principal est féminin et créé donc un plus grand contraste avec le milieu difficile dans lequel elle évolue. Mais surtout, on ne suit plus un professeur mais une CPE (conseillère principale d’éducation), un point de vue nous permettant alors d’avoir un œil omniscient sur le collège (c’est un poste qui permet de couvrir beaucoup plus de problèmes qu’un simple professeur face à ses 30 élèves), mais aussi de découvrir la dynamique de fonctionnement du collège avec les surveillants, les professeurs et les élèves. Ce second long-métrage de Grand Corps Malade eut un véritable succès lors de sa sortie au cinéma, et on vous encourage vivement à le découvrir ! 

Ecoliers de Bruno Romy (2021), disponible sur la Vingt-Cinquième Heure.

Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux… Cette phrase mythique issue d’une chanson du Livre de la Jungle interprétée par les élèves de primaire lance le documentaire Ecoliers de Bruno Romy. Et si c’était ce film d’animation qui donnait des étoiles dans les yeux des enfants ? Mowgli a été élevé par des êtres différents (des loups) qui l’aiment malgré tout (comme un professeur aime ses élèves), et il apprend lors de son périple à vivre en communauté et à respecter la nature. C’est cette notion de communauté et savoir vivre ensemble qui est mise en avant dans Ecoliers. Même si le professeur est présent, ce sont avant tout les enfants qui représentent le cœur du film, et ce sont eux que nous suivons tout au long. Que ce soit par groupe, en duos/trios ou bien seuls, les élèves sont décortiqués avec beaucoup de pudeur par la caméra de Bruno Romy qui s’immisce dans leur quotidien. Vous pourrez ainsi y découvrir des conversations naturelles et surprenantes entre les enfants pendant les activités, et une manière d’aborder la vie radicalement différente des adultes. Un enfant raconte à un autre que sa sœur est décédée pendant qu’ils travaillent et ces moments sont capturés sur le vif, et toujours à hauteur d’enfant. Si vous rêvez de savoir de quoi parlent les enfants du même âge à l’école, vous y trouverez votre bonheur !

Nous espérons que cette courte rétrospective sur le milieu éducatif français au cinéma vous aura plu. Que ce soit à travers des documentaires ou de la fiction, le milieu éducatif est composé d’une grande histoire et aura toujours de quoi faire parler de lui. La prochaine fois, nous évoquerons ce même système du point de vue de l’Amérique.

Laisser un commentaire