Toy Story 4 : un épilogue sublime pour la saga

C’est l’un des événements cinématographique de cet été. Toy Story 4 boucle définitivement la saga crée en 1995 par Pixar. Il tire une véritable conclusion sur quasiment 25 ans d’histoires avec un style bien différent des trois premiers volets mais en se positionnant tout de même comme l’un des plus réussis et aboutis.

Toy Story est l’univers qui représente le mieux les valeurs et l’histoire de Pixar. Précurseur à la fin du XXème siècle, ce premier film d’animation en images de synthèse imaginé par John Lasseter avait séduit le monde entier en étant notamment nommé dans trois catégories aux Oscars. Quatre ans après, une suite voit le jour (1999) puis Lee Unkrich propose une conclusion à ces histoires de jouets en 2010. C’était sans compter sur la volonté de Josh Cooley, scénariste de Vice-Versa, qui imagine alors un épilogue alternatif pour réaliser son premier long-métrage. Bonnie est devenue la nouvelle propriétaire des jouets de Andy. Elle découvre la maternelle et ses côtés néfastes. Woody lui vient en aide et Fourchette né alors de l’imaginaire de la jeune enfant. Mais voilà, Fourchette se considère comme un déchet et rejette l’amour de Bonnie pour multiplier les tentatives d’évasion dans les poubelles. Les parents de la petite fille décident de partir en vacances en camping-car. Cela marque le début d’une folle aventure aux rebondissements multiples. Avec un style bien différent des trois premiers volets, Toy Story 4 est une réussite totale.

Beaucoup de personnes étaient réticentes à l’idée d’un ultime chapitre des aventures de Woody et Buzz l’Éclair. Au final, Toy Story 4 boucle le cycle Pixar débuté il y a 24 ans en mélangeant les émotions les plus fortes et, ainsi, toucher ses spectateurs qui assistent impuissants aux adieux à leurs jouets préférés. Du rire aux larmes, cette épopée parfois terrifiante balade le spectateur dans un décor d’une beauté rarement vu où évoluent des personnages hauts en couleur. Les habitués sont mis de côté certes, mais c’est un mal pour un bien. Gaby-Gaby, Duke Caboom et bien sûr Fourchette forment un trio novateur qui fonctionne véritablement grâce à leur palette d’émotions et leurs ressources inépuisables. Probablement le plus drôle des quatre volets, Toy Story 4 propose un fan-service réussi avec un sens du détail de grande qualité qui forcera les plus grands passionnés à le visionner encore et encore. Rien n’est à jeter. La boucle est bouclée. Les larmes ne peuvent que couler.

Tom Hanks, voix originale de Woody, avait confié que ce quatrième chapitre serait « historique« . Une chose est sûre : la saga Toy Story est l’une des plus importante de l’histoire du film d’animation en marquant chaque génération. Toy Story 4 conclut en beauté tous ces moments d’anthologie comme une cerise sur le gros gâteau succulent que Pixar cuisinait depuis des années.

Laisser un commentaire