The Card Counter : Cartes sur table

Un ancien militaire devenu un expert en jeu de cartes fait la rencontre de Cirk, un jeune homme tourmenté par son envie de vengeance.

Chaque nouveau film de Paul Schrader est attendu comme le messie par les amateurs de cinéma, particulièrement ceux qui apprécient celui du Nouvel Hollywood qui débuta à la fin des années 1960. Il est l’auteur derrière Taxi Driver, Obsession, Raging Bull ou encore La Dernière Tentation du Christ. Si sa filmographie en tant que réalisateur reste très inégale, on retiendra parmi eux Blue Collar, La Féline ou encore Mishima : Une vie en quatre chapitres. Son dernier film Sur le chemin de la rédemption, sans doute un de ses meilleurs, n’a pas connu une sortie digne de ce nom. Pour notre plus grand plaisir, Condor Distribution s’occupera de la sortie de son nouveau film intitulé The Card Counter, le 1er décembre 2021.

Oscar Isaac joue cartes sur table

L’As des As

Dans la continuité de son dernier film, Paul Schrader est fidèle à ses principes et utilise une image quasi-documentaire pour nous plonger dans la réalité du monde de la nuit semblant artificiel à nos yeux. Dès son générique, l’insert sur le tapis de cartes nous permet de comprendre qu’il s’agira d’un film intimement lié à elles. Tout comme Adam Mckay dans The Big Short ou Vice, le spectateur n’est pas considéré comme un moins que rien et développe un sujet plutôt simple (le poker et les jeux de cartes) de manière pointue. On découvre immédiatement la réalité de ce milieu et la complexité du comptage, dans lequel excelle William Tell. 

Impossible de ne pas penser au cultissime Casino de Martin Scorsese lorsque l’on voit Oscar Isaac se balader comme chez lui dans des kursaal. De l’intérieur des casinos moins bling-bling, aux extérieurs filmées en hauteur et soulignant l’importance de ces grandes infrastructures dirigées par des riches (et pour des riches), The Card Counter ne sort jamais de ce cadre et continue de rappeler le milieu instable dans lequel évolue William Tell. Paul Schrader n’oublie pas de citer explicitement Le Kid de Cincinnati de Norman Jewison, une référence évidente pour la construction de ses personnages et dans la représentation de ce sport intense.

« Hello Darkness my old friend…« 

Si The Card Counter fonctionne aussi bien, c’est avant tout grâce à l’écriture de son personnage principal torturé par son passé et dans un mal-être qu’il ne laisse pas paraître. Moins instable que Travis Bickle dans Taxi Driver, et loin de pouvoir se réfugier dans la foi comme le révérend Ernst Toller dans Sur le chemin de la rédemption, William Tell vit pour jouer et joue pour vivre. Le film prolonge l’utilisation récurrente de la voix-off dans ce qui semble prendre le dessus sur le quotidien de William, parfois même pendant des discussions. Un personnage sombre (littéralement, puisqu’il est toujours habillé en noir) habitué à une routine qu’on ne peut séparer de son passé.

Sa mise en scène, calculée au millimètre près vient accompagner les pensées et l’aura d’un personnage insaisissable. La caméra suit toujours le personnage (et non pas le contraire) et les champs contre champs sont souvent très serrés, offrant très peu de place à un débordement, accentuant ainsi le contrôle absolu du personnage. Derrière cette impression de maîtrise qui parcoure toute la première partie du film, le film change radicalement à partir de sa rencontre avec d’autres personnages. Le Major John Gordo, interprété par son acteur fétiche Willem Dafoe, La Linda qui représente son agent (Tiffany Haddish) et Cirk qui est le moteur du film dans sa quête de rédemption (Tye Sheridan). Et son passé lié à sa vie de militaire surgit à travers un fisheye extrême, qui représente l’oppression et l’angoisse qui découle de ce lieu et de ces souvenirs…

Oscar Isaac et Tiffany Haddish discutent

Quand Oscar Isaac explique en plan-séquence les violences qu’il faisait subir et le fonctionnement de cette cellule de torture dans son passé, le spectateur prend conscience du grand film qui se déroule devant lui. A la fois près et loin de son premier grand succès en tant que scénariste que fut Taxi Driver, Paul Schrader épate par sa justesse d’écriture et par sa précision du cadre, parfois souillée par des fondus au noir trop présents et des personnages secondaires s’agençant artificiellement, mais que l’on pardonne immédiatement pour ses autres qualités. 

Laisser un commentaire