Énorme : Baby blues

Usant de l’absurde et du grotesque afin de livrer un puissant message sur la maternité et les problématiques qu’elle soulève, Énorme de Sophie Letourneur est un film profondément ancré dans l’ère du temps.

Énorme est le quatrième long-métrage de la réalisatrice Sophie Letourneur, révélée avec des longs-métrages comme Le Marin Masqué ou encore Gaby Baby Doll. Pour ce nouveau long-métrage, la réalisatrice s’entoure de deux comédiens de renom : Marina Foïs et Jonathan Cohen. Le reste du casting est entièrement composé de comédiens non-professionnels (à l’instar des précédents films de la réalisatrice) apportant à l’ensemble une certaine fraîcheur et beaucoup de sincérité. Énorme relate le quotidien de ce couple, Claire et Frédéric. Elle, est pianiste à la renommée internationale, lui, est son agent, son mari et vraisemblablement son garde du corps. Ils vivent sans véritablement d’attaches, allant de pays en pays et d’hôtels en hôtels. Leur relation est terriblement mise à l’épreuve lorsque Frédéric assiste à un accouchement dans un avion, ce qui déclenche en lui une irrépressible envie de devenir père. Claire et lui en ont déjà parlé, un enfant n’a pas sa place dans leur foyer à cause de leur mode de vie. En résultera une obsession grandissante pour la paternité qui poussera Frédéric à commettre l’irréparable, trafiquer la pilule de Claire afin qu’elle puisse tomber enceinte malgré elle…

Énorme propose une approche frontale mais originale de la maternité qui peut-être susceptible de déranger, voire de choquer le spectateur. Mais c’est avant tout les problématiques inhérentes à la grossesse que Sophie Letourneur va mettre en exergue. Ce couple interprété par Marina Foïs et Jonathan Cohen est un couple hors normes. Claire n’a pas la place d’exister autrement que par sa musique, elle semble sans cesse bridée par son mari qui gère les moindres détails de sa vie, jusqu’à sa contraception. Elle ne semble même pas consciente de son talent pour la musique, ni de sa condition, et vit sa vie dans un état d’indifférence perpétuelle.

Tout bascule lorsque Claire tombe finalement enceinte, d’un enfant qu’elle n’a évidemment pas désiré. C’est au terme de la grossesse que son ventre va quasiment doubler de volume, l’obligeant à prendre conscience de son corps, mais aussi de son importance en tant que personne. A l’inverse, Frédéric, qui désirait cette grossesse, va commencer à développer un comportement étrange. Il vivra cette grossesse comme si c’était la sienne, pendant que Claire vivra par procuration les moments clés de cette période. Frédéric prendra du poids pendant que Claire ne prendra pas un gramme ; il assistera seul aux cours réservés aux jeunes mamans, maîtrisera sur le bout des doigts le lexique de la femme enceinte et ira même jusqu’à faire de véritables crises d’hystérie.

Sophie Letourneur inverse les rôles afin de mettre en lumière l’idée de dépossession du corps de la femme pendant la grossesse. Si la situation est dépeinte à travers le prisme de l’absurde, c’est avant tout pour permettre cette réflexion sur le corps de la femme, son indépendance et son émancipation. Petite pépite absurde, Énorme est un film qui donne énormément de matière à réfléchir au spectateur, en traitant le thème de la maternité comme aucun réalisateur ne l’avait fait auparavant.

Ndlr : Le film ne sortant en salles que courant avril 2020, il est pour le moment impossible d’agrémenter cette critique de photos du film, aucun cliché n’étant disponible. 

Laisser un commentaire